Sécurité Pro-Est condamnée à remettre les cotisations syndicales

               

 

Photo : ICI Radio-Canada/JF Deschênes

JUSTICE ET FAITS DIVERS

Sécurité Pro-Est condamnée à remettre les cotisations syndicales

 


Sécurité Pro-Est est condamnée à remettre 6 847,44 $ en cotisations syndicales au Syndicat des métallos, section locale 8922. C'est ce qu'a statué le Tribunal administratif du travail dans un jugement rendu le 26 janvier.

 Les cotisations n'avaient pas été payées depuis octobre dernier. 

 

Palais de justice de Matane Photo : ICI Radio-Canada/JF Deschênes

Dans l'ordonnance, il est écrit que le président de l'entreprise de Matane, Sylvain Gauthier, « n'avait aucune défense à présenter » par contre, il « s'engage, à l'avenir, à verser les cotisations syndicales ainsi que les primes d'assurances. »

Le président intérimaire du syndicat local, Patrick Pellerin, est déçu d'avoir à régler ce problème devant le Tribunal. Un arbitre a dû intervenir deux fois pour le même problème en un an, soit depuis que le Syndicat des Metallos représente la centaine d'agents de sécurité de l'entreprise.

Autre jugement

Le 19 octobre dernier, un arbitre a obligé Sécurité Pro-Est à rembourser 21 173,05 $ en cotisations syndicales et primes d'assurances collectives.

Ce sont des jugements importants pour Patrick Pellerin entre autres pour le paiement des assurances collectives.

« L'assurance peut ne pas couvrir si le salarié n'a pas payé ses primes. Mais à l'heure actuelle, c'est l'employeur qui retient les primes. Le salarié les a payés. En tant que syndicat on est là pour les représenter et pour s'assurer qu'ils ont leur paye effectivement, mais aussi pour s'assurer qu'ils ont droit à leurs assurances et que les employeurs ne partent pas avec les sommes d'argent perçues. »

C'est important parce que l'employeur peut jouer avec la santé des salariés— Patrick Pellerin, président intérimaire de la section locale 8922

 

Paye en retard

De plus, selon M. Pellerin il arrive régulièrement que des travailleurs reçoivent leur salaire en retard de plusieurs semaines ce qui l'oblige à multiplier les griefs.

J'en ai d'autres qui sont en grief de sept semaines. J'ai eu le palais de justice de Valleyfield, j'en ai à Cowansville, j'en ai au Conseil du trésor à Québec. Ces gens-là n'ont pas leur paye.— Patrick Pellerin, président intérimaire de la section locale 8922

 

Patrick Pellerin ajoute que c'est pour cette raison que les syndiqués ont manifesté en décembre devant les bureaux du Conseil du trésor à Québec .

Le syndicat demandait au gouvernement d'intervenir pour s'assurer que Sécurité Pro-Est paye les travailleurs, dans les délais.

M. Pellerin dit avoir des membres en poste en tant qu'agents de sécurité dans plusieurs bureaux gouvernementaux comme le Conseil du trésor et des palais de justice de la Gaspésie, au Bas-Saint-Laurent, du Saguenay et Montréal ainsi qu'au chantier de la cimenterie McCinnis de Port-Daniel-Gascon.

Le propriétaire de Sécurité Pro-Est, Sylvain Gauthier, n'a pas retourné nos appels.